Quel choix essence ou diesel ?

choisir-essence-diesel

Lorsque l’on s’apprête à acheter un nouveau véhicule, il faut souvent choisir entre une motorisation essence et une motorisation diesel. Comment ne pas se tromper ?

Essence ou diesel : choisir selon vos habitudes

  • Si vous roulez moins de 20 000 km par an, choisissez l’essence. Le moteur diesel a besoin de monter en température et ne convient donc pas aux petits trajets (risque de moteur encrassé).
  • Si vous parcourez plus de 20 000 km par an, optez pour le diesel. Si vous parcourez de nombreux kilomètres, et effectuez notamment de longs trajets, le diesel se montrera plus économique. Un moteur diesel consomme environ 15% de moins qu’un moteur essence.

Lequel est le plus cher ?

Les véhicules diesel sont plus chers à l’achat que les modèles essence. Mais cette tendance risque de s’inverser avec la chute de la réputation du diesel. Ces véhicules auront plus de mal à se vendre et leur prix diminuera. De plus, ils permettent de réaliser des économies sur le long terme puisque le gazole est moins cher à la pompe que l’essence et que le moteur diesel consomme moins.

Essence ou diesel : quid de l’environnement ?

L’avenir du diesel, considéré comme polluant, est incertain surtout dans les grandes villes de France où il risque d’être interdit. La vignette Crit’Air pénalise actuellement les voitures diesel dans les zones à circulation restreinte. Il est donc conseillé aux citadins d’acheter plutôt un modèle essence.

Quel choix quand on n’a pas le bac ?

que-faire-sans-bac

Vous avez échoué à l’examen du baccalauréat ou avez arrêté vos études ? Le bac n’est pas indispensable pour poursuivre certaines études supérieures ou s’insérer sur le marché du travail. Voici les différentes solutions qui s’offrent à vous.

Les études supérieures accessibles sans le bac

Certaines filières sont accessibles aux non-bacheliers. C’est le cas :

  • du BTS (brevet de technicien supérieur) : à condition d’avoir le niveau terminale (moyenne annuelle de 8/20) et de convaincre le chef d’établissement lors de l’entretien ;
  • du CAP (certificat d’aptitude professionnelle) ;
  • de la capacité en droit : en fac de droit ou par correspondance, cette formation de 2 ans donne accès à la licence de droit, au BTS Notariat ou encore aux concours administratifs de catégorie B ;
  • de la licence, à condition de passer un diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) ou d’avoir une capacité en droit (pour la licence de droit) ;
  • de certaines écoles de commerce ;
  • de certaines écoles spécialisées ;
  • de certains diplômes du sport et de l’animation (ex : brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, brevet d’état d’éducateur sportif) ;
  • de certains diplômes du paramédical (aide-soignant, assistant dentaire, ambulancier…)

Entrer dans la fonction publique

Vous pouvez vous présenter à certains concours de la fonction publique même si vous n’êtes pas titulaire d’un baccalauréat.

  • Si vous avez entre 18 et 25 ans, vous pouvez vous engager dans l’armée (terre, air, mer et gendarmerie).
  • Vous pouvez aussi vous présenter au concours de gardien de la paix (il faut avoir moins de 35 ans, être de nationalité française et avoir un casier judiciaire vierge).
  • Entre 16 et 25 ans, vous pouvez entrer dans le Pacte (parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière, d’État) et devenir fonctionnaire de catégorie C.

Chercher un emploi

Il existe de nombreux métiers qui recrutent sans le bac. Dans certains cas, vous devrez suivre une formation interne avant d’exercer. Lors de l’entretien d’embauche, ce sont surtout votre personnalité et votre motivation qui devront convaincre le recruteur. Voici quelques exemples de métiers accessibles sans le bac :

  • chauffeur-livreur ;
  • standardiste ;
  • hôte/hôtesse de caisse ;
  • agent de propreté ;
  • aide à domicile ;
  • chauffeur de taxi.

 

Comment choisir après le bac ?

filière-après-bac

De nombreux lycéens se sentent perdus face aux diverses filières qui leur sont proposées après le bac. Entre les écoles spécialisées, l’université et les classes préparatoires, il n’est pas toujours facile de choisir ses études supérieures.

Étudier à l’université

Après le bac, il est possible d’entrer à l’université. En général, il n’y a pas de sélection (sauf dans certaines universités à la capacité limitée). L’étudiant passe une licence en 3 ans puis il peut continuer ses études avec un master (2 ans) et un doctorat. L’université permet d’étudier de nombreux domaines, qu’ils soient littéraires, scientifiques ou économiques. Toutefois, il faut garder à l’esprit que les débouchés sont limités pour les titulaires d’une simple licence. Un master est préférable pour s’insérer rapidement sur le marché du travail. Les doctorants, après 8 ans d’études, peuvent devenir enseignants-chercheurs ou chercheurs dans le privé.

Études courtes : BTS, DUT, DEUST…

Les études courtes s’adressent à ceux qui veulent intégrer le marché du travail 2 à 3 ans après le bac. Les élèves étudient des spécialités professionnelles afin d’être opérationnels dans une branche d’activité. Il est toutefois possible de poursuivre ses études avec une licence professionnelle.
On distingue :

  • le BTS (brevet de technicien supérieur), préparé en 2 ans dans une école ou un lycée, qui vise à répondre aux besoins des entreprises ;
  • le DUT (diplôme universitaire de technologie), préparé en 2 ans dans un IUT (institut universitaire de technologie), qui permet d’être polyvalent dans une branche d’activité ;
  • le DEUST (diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques), préparé en 2 ans dans une université, qui permet d’obtenir une qualification de technicien supérieur.

Intégrer une classe préparatoire

La « prépa » permet de se préparer au passage d’un concours d’entrée à une école (vétérinaire, école de commerce, école d’ingénieurs…) L’admission se fait sur dossier et les études durent deux ans, au sein d’un lycée. La charge de travail en école préparatoire est élevée (environ 60 heures hebdomadaires).

Les écoles spécialisées

École d’architecture, école des Beaux-Arts, école d’audiovisuel… De nombreuses écoles sont accessibles directement après le bac. L’admission se fait sur dossier, épreuves et entretien de motivation. Avant de s’inscrire dans une école spécialisée, mieux vaut avoir un projet professionnel précis. Les diplômes d’équivalence étant rares, il est difficile de se réorienter si l’on abandonne avant la fin du cursus.

Les études médicales

Il faut obligatoirement suivre des études médicales pour devenir médecin, sage-femme, dentiste ou pharmacien. Les études sont longues : 5 à 12 ans. Après le bac, les étudiants intègrent la PACES (première année commune aux études de médecine).

Comment choisir un bon matelas ?

choisir-matelas

Il existe trois grands critères pour choisir son matelas : le soutien, le type de suspension et l’accueil.

Choisir le soutien du matelas

Le soutien du matelas correspond à sa fermeté. Il existe des modèles souples, fermes et équilibrés. Les matelas souples correspondent plutôt aux personnes grandes et minces. Les dormeurs corpulents se tourneront vers les matelas fermes. Il est préférable d’essayer un matelas avant de l’acheter, car les niveaux de fermeté ne s’expriment pas de la même manière chez les différents fabricants.

Choisir le type de suspension

Les suspensions des matelas sont principalement la mousse, le latex et les ressorts.

  • Les modèles en mousse sont les moins chers. Les plus performants sont en mousse polyuréthane haute résilience. Les modèles à mémoire de forme offrent un bon soutien, mais sont sensibles à la température ambiante.
  • Les matelas en latex bénéficient d’une bonne ventilation. Leur soutien peut varier selon plusieurs zones de confort.
  • Les matelas à ressorts s’adaptent mieux aux sommiers à ressorts. Ils sont à déconseiller aux personnes recherchant un soutien ferme.

L’accueil du matelas

C’est la couche de garnissage qui existe en plus de la suspension. L’accueil peut être tonique ou moelleux, indépendamment de la fermeté du matelas. Le choix de l’accueil dépend surtout des goûts. Lorsqu’il est trop ferme, on peut ajouter un sur-matelas.

Quel choix de cigarette électronique ?

choisir-cigarette-électronique

Lorsqu’un fumeur décide de passer à la cigarette électronique (ou e-cigarette), il peut être dérouté par les nombreux modèles disponibles sur le marché.

Les différents types de cigarettes électroniques

Aujourd’hui, on distingue :

  • Le format « tube » : Ces e-cigarettes sont munies d’un réservoir (clearomiseur) et d’une batterie rechargeable. Elles sont faciles à utiliser et prennent peu de place.
  • Le format « box » : Ces cigarettes électroniques disposent d’une batterie plus grande et sont donc plus autonomes. Elles proposent des réglages plus complexes et développent une plus grande puissance.
  • Le format « pod » : Ces modèles design et de petite taille sont très faciles à utiliser grâce à leurs cartouches pré-remplies. Toutefois, le choix de saveurs peut être plus limité.

Choisir une e-cigarette selon son profil

  • Fumeurs occasionnels : choisissez le format « tube » ou le format « pod » pour la simplicité d’utilisation.
  • Fumeurs réguliers : choisissez le format « tube ».
  • Gros fumeurs : choisissez le format « box » pour son autonomie prolongée.